Quel statut juridique choisir pour ouvrir une franchise ?

Quel statut juridique choisir pour ouvrir une franchise ?

Si vous souhaitez créer un point de vente en franchise, il vous faudra en amont choisir un statut juridique. Le choix du statut peut vite être source d’angoisse lorsqu’on veut se lancer.

Pour éviter cela, vous trouverez ci-dessous les questions à vous poser lorsque vous montez votre projet. Cela vous permettra d’entamer une réflexion sur le choix du statut à privilégier.

 

Quels sont les statuts juridiques possibles lorsqu’on ouvre une franchise ?

Avant de devenir franchisé pour un cuisiniste, une chaîne de coiffure ou de restauration, sachez que plusieurs statuts juridiques sont possibles. Vous pouvez entamer cette nouvelle activité avec un statut SARL, EURL, EIRL, SAS, SASU, SA, entreprise individuelle classique, auto-entrepreneur ou même VDI.

Si vous souhaitez ouvrir une franchise rentable, posez-vous les bonnes questions en amont : chaque statut a des atouts et des inconvénients et de là, peut dépendre votre réussite dans ce projet. Réfléchissez sur les différents statuts possibles d’un point de vue fiscal bien sûr, mais aussi d’un point de vue social.

Comment bien choisir son statut ?

Demandez-vous quels sont vos objectifs, vos besoins, vos attentes.
Dans le cadre d’une ouverture de  franchise, c’est souvent les statuts d’entreprise individuelle classique, d’autoentrepreneur, VDI, EURL, EIRL ou encore SASU qui sont privilégiés.
Si vous montez une franchise avec un associé, nous vous conseillons de privilégier un statut SARL, SA ou SAS.

Si vous prévoyez des investissements importants et surtout si vous prévoyez d’avoir des financements extérieurs, les formes sociétaires les plus utilisées sont la SARL, l’EIRL, la SA, la SAS.
S’il n’y a pas de gros investissement, les statuts individuels suffisent amplement : VDI, autoentrepreneur, etc.

Réfléchissez également à vos objectifs en termes de chiffre d’affaires annuel. Certains statuts comme celui d’autoentrepreneur, ont un plafond annuel.

Si vous avez déjà un patrimoine personnel et que vous souhaitez le protéger de tout risque financier, nous vous recommandons le statut juridique d’entreprise sociétaire, type SARL, SA, EURL, EIRL, SAS, SASU. En cas de faillite de votre entreprise,  l’ensemble de vos biens personnels sera protégé des créanciers.

Plus d’informations sur les statuts juridiques en allant sur le site de l’administration française http://vosdroits.service-public.fr/professionnels-entreprises/F23844.xhtml

Laisser un commentaire

*